PARTICIPATION CITOYENNE

Bon à savoir

Le dispositif de participation citoyenne

Il permet, en associant les habitants d’un quartier à leur propre sécurité, de faire baisser le nombre de cambriolages et, parallèlement, de développer des solidarités de voisinage. 

Concept innovant et simple à mettre en œuvre, ce dispositif apporte une aide aux brigades de gendarmerie car il concrétise et formalise les actions de proximité déjà menées par les unités. L’implication des échelons territoriaux de commandement est primordiale dans la promotion de cette démarche. 

Instauré pour la première fois en 2006 sous l’appellation de « voisins vigilants », le dispositif de participation citoyenne a été officiellement mis en place par la circulaire ministérielle du 22 juin 2011 et par la note-express 83948 du 26 août 2011, 

Démarche partenariale et solidaire, il consiste à associer les élus et la population d’un quartier ou d’une commune à la sécurité de leur propre environnement. Si ce dispositif n’a pas vocation à se substituer à l’action de la gendarmerie, il permet en revanche de renforcer les liens entre les élus, la population et la gendarmerie. Il s’intègre dans la gamme existante des outils dédiés à la prévention de la délinquance et demeure complémentaire de l’action habituelle de la gendarmerie, notamment des services de prévention de proximité réalisés par les unités territoriales et des opération tranquillité vacances ou tranquillité seniors. 

La signature d’un protocole de participation citoyenne permet en outre un encadrement strict du dispositif par la gendarmerie, qui veille alors à ce que l’engagement spécifique des citoyens ne conduise pas à l’acquisition de prérogatives qui relèvent des seules forces de l’ordre. Il s’agit avant tout de la promotion de bonnes pratiques citoyennes dans un esprit de confiance renouvelé entre la population et les acteurs de la sécurité.

Ce dispositif ne doit pas être confondu avec les prestations délivrées par le site internet « voisinsvigilants.org ». Créé par des particuliers en 2012, il permet de mettre en contact des habitants d’un même quartier en proposant la constitution de communautés virtuelles de voisins. Ne revêtant aucun caractère officiel, il peut entretenir une certaine confusion dans l’esprit du public mais également des élus

    Le développement du dispositif

    Depuis la circulaire du 22 juin 2011, il s’est déjà développé à des degrés divers au sein de 3274 communes dans 89 groupements ou commandements de gendarmerie. Grâce à l’impulsion des échelons territoriaux de commandement, on constate en effet depuis plusieurs années une augmentation constante du nombre de communes s’engageant dans une telle démarche : 

    – 172 en juin 2011 (dans 19 GGD et COMGEND); – 277 en août 2012 (dans 40 GGD et COMGEND); – 567 en septembre 2013 (dans 56 GGD et COMGEND);- 1267 en septembre 2014 (dans 64 GGD et COMGEND); 2956 en septembre 2016 (dans 87 GGD et COMGEND)

    Un tel essor s’explique par le besoin croissant de sécurité exprimé par les citoyens, associé à une augmentation globale du nombre de cambriolages dans nos territoires, y compris en zone rurale. De même, la mise en cuvre au sein d’un département dun premier dispositif de participation citoyenne constitue un véritable appel d’air. 

    Devant les premiers résultats positifs induits par la mise en place d’une telle démarche (renforcement des solidarités de voisinage, diminution du nombre d’atteintes aux biens, baisse du sentiment dinsécurité, renforcement des liens entre les forces de lordre et la population, …), les élus des communes voisines se montrent à leur tour souvent intéressés. Le rôle des différents partenaires de la gendarmerie 

    LE RÔLE DU MAIRE

    Le maire est chargé de la mise en oeuvre, de l’animation et du suivi du dispositif. Ce dernier lui permet d’investir pleinement le champ de la prévention et de la tranquillité publique.


    LE RÔLE DES RÉSIDANTS

    Sensibilisés aux phénomènes de la délinquance au cours des réunions publiques, les habitants du quartier sont invités adopter des actes élémentaires de prévention :
    • surveillance mutuelle des habitations en l’absence de leurs occupants;
    ramassage du courrier ; signalement, directement à la gendarmerie ou à un référent, de tout fait susceptible de troubler l’ordre public.

    Contact

    Mairie de Saint André Le Coq
    Tél. : 04 70 58 90 26

    Horaire d’ouverture du secrétariat :

    Lundi et Vendredi de 14h à 17H

    Mardi, jeudi, samedi de 9h30 à 12h

    Restez connecté  avec notre application mobile